L'inconnue
Split
  • Le Fort de Tavannes
  • La Rencontre
  • 28 Octobre 1578
Pourquoi ce site ?
Split

Le Fort de Tavannes

Ce fort existe réellement et a été utilisé par les Poilus durant la première guerre mondiale. Mon arrière grand père maternel Emile Dupin a combattu dans ce fort contre les allemands d’avril à octobre 1916 durant la bataille de Verdun.
Il a été tué par un obus le 09 octobre 1916. J’ai voulu lui rendre hommage dans ce chapitre dont vous pourrez d’ailleurs trouver un extrait sur mon site.
La lettre écrite dans le chapître est une carte que mon arrière grand père a réellement rédigé et envoyé à mon arrière grand-mère lorsqu’il était au Fort de Tavannes. Il l’a écrite alors même que les allemands pilonnaient le Fort de Tavannes.
Vous pourrez d’ailleurs voir des cartes de cette époque qui témoignent de la violence des sentiments patriotiques en cliquant ici. Ces cartes font partie de ma mémoire familiale et m’ont été transmises par ma grand-mère. Je les ai classées dans un carnet de guerre que j’ai dédicacé à mes enfants.

La Rencontre

Ce passage se déroule en Iran dans un lieu où j’ai vécu pendant deux ans quand j’étais gamin. J’ai été particulièrement marqué par le désert qui en Iran ressemble à un paysage minéral. Cela m’a profondément changé de la verdure de la Dordogne où j’avais jusqu’alors grandi.
L’Iran, c’est un pays superbe où j’ai connu la Révolution à la fin des années soixante-dix. Ce fut un moment assez étrange de voir des chars dans les rues, des soldats défier les manifestants.
Pourtant, l’Iran que j’ai connu ne ressemble pas à l’Iran que l’on voit dans les journaux télévisés. Une petite anecdote : en 1978, nous sommes revenus en Iran en voiture et un copain à mon père a eu un accident de la circulation à Tabriz. Il s’est endormi au volant de son véhicule et s’est retrouvé dans un fossé. Des iraniens sont sortis de leur maison et nous ont proposés de rentrer chez eux. Ils nous ont offerts à manger et nous ont gardés jusqu’à l’arrivée de la dépanneuse. Je n’oublierai jamais leur gentillesse et leur hospitalité.

28 Octobre 1578

Ce chapitre présente une histoire réelle : le détournement de l’Adour. L’Adour est un fleuve essentiel dans ma vie. Mes parents se sont rencontrés sur les bords de l’Adour. J’habite moi même en bordure de l’Adour en un lieu où le fleuve est encore un torrent.
Ce fleuve a été détourné par la main de l’homme le 28 octobre 1578 et ne se trouve plus dans le Marensin.
Le Marensin, c’est pour la petite histoire un bout de terre des Landes d’où est originaire toute la famille de ma mère.

Le départ de l'action

Pourquoi l’Australie ?
Il me semblait que la côte ouest australienne se prêtait bien au début du roman pour son isolement. Pourtant, je n’y ai jamais mis les pieds ! J’ai repéré les lieux en me servant de Google Earth et en descendant au plus près des lieux que je décris.